Le besoin de se sentir ou de devenir innovant peut toucher un très large panel de métiers. Des plus créatifs aux plus logiques. Car notre monde, ainsi que nous-même, bougeons et évoluons à une vitesse folle (tout arrive et repart aussitôt), nos business doivent s’y adapter ou bien disparaître. Je suppose que vous ne souhaitez pas laisser votre projet mourir, nous allons avoir besoin d’une bonne dose de créativité pour faire face à ces changements, voire, devenir des entrepreneur-e-s proactifs-ves !


La créativité est une réponse nouvelle face à un problème

Le principe de l’innovation

C’est le maître-mot des start-ups, des investisseurs  et des institutions économiques : il FAUT innover, il FAUT créer, il FAUT être original-e. L’innovation est sur toutes les bouches : elle se présente souvent comme la création originale. L’avantage de l’innovation, c’est que nous pouvons avoir une longueur d’avance sur la concurrence et espérer devenir stable et prospère. C’est pourquoi, les nations encouragent la Recherche & Développement.

Certes, mais combien de start-ups dites innovantes et détentrices de nombreux brevets ont fait faillite à cause d’un marché non réactif ? En soi, ce n’est pas le marché qui est en faute : c’est la définition du problème, du besoin, du “pourquoi”. Vous ne devez pas être créatifs pour vous, votre fierté personnelle, votre ego, ou seulement pour vos propres yeux : mais pour un bien commun. N’espérez pas, sinon, pouvoir vendre et vivre de votre activité.

Préparer le “terrain” pour innover

    La créativité et l’innovation sont des adjectifs relatifs : c’est-à-dire qu’ils ne sont pas attribuables par une seule entité mais par un ensemble et comparé à d’autres sujets. Il n’y a aucune règle physique pour déterminer quelque chose de créatif : cela dépend de chacun et de tous dans différents contextes. Impossible donc d’innover sans résoudre un problème ou un besoin (même non-identifié) qui n’est pas vécu ou ressenti par une masse globale. C’est pourquoi l’innovation et la créativité sont l’aval d’une étude de marché, statistiques mais surtout “terrain”. Vous ne serez JAMAIS créatif si vous ne vous posez pas les bonnes questions :

  • Pourquoi avez-vous réellement besoin d’être créatif-ve ?
  • Pour quel problème, peur, frein, besoin ?
  • Est-il réellement important et/ou urgent ?
  • Peut-on le résoudre nous-même ?
  • Dans quel but doit-on le résoudre ?
  • Pour atteindre quels résultats ?

La créativité a un besoin de divergence et de liberté

Le principe de la divergence

Contrairement à la concentration qui doit rejeter tout élément externe pour être possible, la créativité a besoin de se disperser : de diverger ailleurs, même très éloigné. C’est cette liberté de penser loin et grand qui créer les nouvelles connexions cognitives à l’origine de l’innovation. Nous nous laissons l’autorisation et la possibilité d’entrevoir et d’imaginer des choses différentes : de flotter et de créer. La construction de ces nouvelles connexions cognitives passent par la nouveauté. Mais surtout : la recherche de la nouveauté. L’action de “recherche/découverte” est typiquement créative. Cependant elle reste globale et ne s’appuie que peu sur des détails précis. C’est un ensemble que l’on veut composer en attrapant des inspirations des distractions d’ici et de là : de partout. A l’image de la création de MoodBoard (planche d’inspiration graphique). Laissons-nous alors : 

  • 🤠 Découvrir de nouvelles choses et de nouveaux univers
  • 👣 S’adonner à de nouvelles expériences (en solo ou avec des tiers)
  • 💭 S’imaginer de nouvelles situations (même impossibles ou farfelues)
  • 📯 Tester de nouvelles méthodes
  • 🔬 Accueillir les évènements comme des curiosités à étudier
  • 💬 Se poser des questions sur de nouvelles choses (ou des questions différentes sur les même choses)
  • 🔎 Apprendre à chercher, fouiner, fouiller, chiner … (que ce soit sur le net ou en physique)
  • 💓 Chercher l’inspiration auprès d’entité émotionnelles (comme les arts graphiques et la musique)
  • 🤔 Devenir curieux-se à propos de sujets divers et variés

Contrôler sa dispersion

S’éparpiller oui, mais en gardant en tête le problème à résoudre. Si la divergence et la liberté de pensée sont la clé, nous devons tout de même garder un cadre : une bulle productive-créative. L’importance de se fixer un objectif précis et clair ainsi que de la préparer en amont permet une divergence contrôlée où les idées pourront converger par la suite. Résoudre 5 problèmes à la fois est possible, mais réfléchir créativement sur ces 5 problèmes en même temps relève d’une dispersion non-productive. Les grands chantiers, lorsque nous sommes seuls, s’attaquent un par un. De ce fait, notre créativité a besoin d’être planifiée, afin de profiter de son apogé et d’optimiser notre capacité d’innovation.

La créativité n’est pas linéaire et régulière. Au delà du contrôle et de la préparation, elle demande du repos. D’ailleurs, le philosophe Friedrich Nietzsche suggère que nous sommes beaucoup plus créatifs lorsque nous sommes fatigués. Notre cerveau chercherait alors, de nouvelles pistes (création) pour faire face à nos problèmes. Encore faut-il apprendre à créer ces nouvelles connexions : grâce à notre curiosité et à la culture !


Absorber la créativité environnante pour devenir créatif-ve

Devenir des Consommateurs Créatifs

Le développement de la créativité passe par des phases de consommation (passive) et de création (active). La consommation, dans l’objectif de (re)devenir créatif-ve, englobe tous les objets matériels ou virtuels, la culture en général, les arts visuels, olfactifs ou sonores ainsi que toutes expériences et actions dynamiques ou statiques. Tout ce qui engage l’imagination et l’originalité sont des consommables essentiels pour développer sa propre imagination, et donc créativité. Cette passivité, paradoxalement, active les vagues neuronales de fréquence “Alpha” qui aident à imaginer et matérialiser de nouvelles idées innovantes. Notamment quelques genres littéraires, appliqués à de nombreux arts comme l’audiovisuels :

  • 🛸 La science-fiction
  • 😱 La nouvelle fiction
  • 🐉 Le fantasy
  • 🙊 Les contes
  •  🌬 Les épopées et les mythes
  • 👁‍🗨 Le surréalisme
  • 👻 Le surnaturel
  • 🗺 L’aventure
  • ✍️ La poésie (l’art des mots)
  • 🖍 La bande-dessinée (l’art du dessin)

Préparer sa créativité et la planifier

Devenir créatif-ve ou se réapproprier ses capacités d’innovation est, tout comme son opposé : la concentration, un travail de préparation en amont et d’optimisation par la programmation. Bon nombres d’artistes ont définis que leurs meilleures idées et innovations sont nées hors de leur plan de travail, dans des contexte de calme et de repos. 

Mais nous sommes, au XXIe siècle, tous overbookés et à la recherche du temps perdu. J’ai créé une solution, que nous utilisons inconsciemment mais seulement à 50% : le Planning de Travail Autonome. Ce planning journalier et hebdomadaire se découpe en séquences de travail en fonction des activités neuronales, dont les pics de créativités ! C’est cette routine nous permet d’atténuer notre anxiété par le désengagement mental des activités annexes. C’est une sorte de “vide” que nous laissons à notre cerveau, désormais capable d’explorer d’autres champs insoupçonnés jusqu’alors. (Deborah Kobelman, neuroscientifique appliquée au management, 2019). D’où l’importance de la divergence contrôlée : définir ses objectifs (besoins et problématiques), garder le cap et développer son imagination de manière passive  puis innover par la création (active).


Cet article est une extension de l’Intégrale du Planning de Travail Autonome, disponible en version digitale.


Pour en savoir plus sur la divergence et la créativité :

“The Renaissance Man is not Dead! The Role of Generalists Teams of Inventors” de Eduardo Melero